Publié le 9 Septembre 2012

 

Quand l'année est cruelle,
Qu'elle nous mine doucement,
Que sur la fleur si belle
Elle met pluie au printemps,

Quand les feuilles nouvelles
Sont mouillées trop souvent,
Que malgré nos appels
N'arrive pas le vent,

Le mildiou nous rappelle,
Toujours bien méchamment,
Que nous sommes les faibles
Et qu'il est le gagnant,

Puis le soleil décide,
Enfin, c'est la saison,
Sur les graines acides
D'envoyer ses rayons,

Mais il les rend si fort
Qu'il fait cuire les raisins,
Que même verts encore
Ils deviennent tout bruns,

On regarde les grappes,
La mine contrariée,
Une question nous frappe,
Quand va-t-on vendanger ?

Certains raisins sont secs,
D'autres sont verts encore,
Certains dans notre bec
Valent déjà de l'or,

Les doutes nous dérangent,
On est comme pétrifiés,
On sait que la vendange
Sera très compliquée,

Mais il faut en finir
Et puis nous décider,
Retrouver le sourire,
Le désir d'avancer,

Alors, amis fidèles,
Venez nous retrouver,
Devenez le soleil
De cette dure année,

Joignez vos mains aux nôtres
Des vignes à l'égrappoir,
Soyez nos doux apôtres
Amoureux du bon boire,

Quand viendra le diner
À la table commune,
Tous fourbus et vannés,
Respectant la coutume,

Nous lèverons nos verres
Bien haut, en votre honneur,
Et noierons les galères
Dans votre bonne humeur !

ab

Poètes, buveurs, travailleurs, amis, amateurs, venez nous rejoindre les
week-ends des 29/30 septembre et 6/7 octobre pour la mise en cuve des
raisins survivants !

Voir les commentaires

Rédigé par Valérie

Publié dans #A la vigne

Repost 0

Publié le 3 Septembre 2012

Voilà la phrase qui pourrait résumer cette année 2012. Une année où dès le départ nous avons du courir sans jamais pouvoir revenir dans les clous. Le froid d'abord, en début d'année, qui nous a mis en retard sur la taille, et donc sur le tirage des bois et sur le liage. Et puis ce printemps humide et arrosé, au moment de la floraison, qui aura gêné la fécondation des fleurs, entraînant beaucoup de coulure et de millerandage.

La combinaison de l'eau et de températures clémentes a permis à l'herbe d'exprimer toute sa vigueur et d'envahir les rangs au moment où le gyrobroyeur nous faisait comprendre qu'il en avait marre de gyrobroyer... On s'est même demandé si nous n'allions pas louer une moissonneuse-batteuse pour les vendanges, la récolte de graminées semblant plus prometteuse que celle des raisins... 

Et puis, conséquence ultime de cette pluie et de cette humidité, le mildiou s'en est donné à cœur joie. Sur les feuilles d'abord, puis, plus grave, sur les fleurs. 14 traitements cette année, le double de l'an dernier sans jamais parvenir à stopper le fléau. Le pulvérisateur, après 2 ans de bons et loyaux service (et quelques renversement dus à ma conduite un poil trop brutale...) a commencé à donner des signes de faiblesses pour finir par lâcher : d'abord les buses qui ne pulvérisaient plus, puis carrément la pompe qui ne pompait plus. La course donc, pour trouver les pièces, réparer, repartir entre 2 averses,...

 Nous ne parlerons pas des relevages, des épamprages et des écimages que l'on a fait un peu à "la va comme je te pousse" entre 2 traitements, et franchement en dehors des normes préconisées par la doctrine vigneronne. 

Et puis pour nous achever, des températures gambadant au-dessus des 40° C, histoire de faire prendre aux grappes un joli coup de soleil et de réduire encore un peu plus nos espoirs de vendanges abondantes... Enfin, bref, 2012 (deux mildiouze ?), ne sera pas l'année du dépassement de rendement maximum autorisé, ce qui nous évitera de la paperasse ;o)  

Et le fait de savoir que bon nombre de collègues vignerons (bio ou pas bio, ici et ailleurs) ont connu le même sort ne nous console pas même si ça aide à relativiser et à avaler une pilule amère... Mais c'est comme ça, nous sommes une "entreprise sans toit" et on ne négocie pas avec le climat, on s'adapte... pas toujours facilement d'ailleurs. 

Mais voilà, nous y sommes presque maintenant. La véraison est bien entamée même le degré de maturation reste très hétérogène selon les pieds, et même selon les grappes... Les vendanges sont prévues pour fin septembre-début octobre. 

Côté chai, ça y est, c'est bien avancé (mis à part les finitions) et nous avons maintenant un lieu fonctionnel et agréable pour travailler, même si nous utilisons toujours un petit groupe électrogène, le raccord au réseau électrique tardant à se faire. L'avantage, c'est que nous avons été amenés à réfléchir nos actions pour limiter au maximum l'usage de l'électricité dans chacune de nos manipulations. Il restera ensuite à aménager les abords et mettre en place le potager dont rêvons depuis quelques années. Ce qui est prévu pour cette automne, les graines et semences de l'association Kokopelli link étant arrivé la semaine dernière. Mais on vous  en reparlera plus tard... 

Cette année un peu particulière et pleine de doutes a été l'occasion de rencontres riches avec  des collègues vignerons, et de discussions sur nos pratiques dans les vignes, sur le travail du sol, sur le respect des cycles végétatifs, sur la taille, sur les traitements, sur la biodiversité, sur l'environnement, sur le goût du vin... Il nous faut maintenant intégrer tout ça, le comprendre, retenir ce que nous pouvons mettre en œuvre avant de franchir une nouvelle étape. Bref, ça bouillonne, mais là aussi, on en reparlera plus tard...

118

Coulure, mildiou, échaudage... chers amis vendangeurs, challenge au niveau tri cette année !!!

Voir les commentaires

Rédigé par Denis

Publié dans #A la vigne

Repost 0