Quand tout ne se passe pas tout à fait comme prévu...

Publié le 19 Mars 2010

Ce vendredi 19 mars nous avions en théorie une journée chargée : Valérie devait me déposer chez Michel à Cadillac en Fronsadais pour récupérer son camion afin d'aller chercher nos 13 barriques d'occasion chez Pierre à Montagne St Emilion (Pendant ce temps elle emmenait les filles chez leur mamie car nous devions partir demain au Luxembourg pour le baptême de Maxime). Voilà, pour la première partie du programme qui devait ensuite se poursuivre avec la dépose des barriques au chai, le rangement des palox de bouteilles, le soutirage des Malbec 2009 et surtout l'entonnage des 50 hl de 2009 encore en cuve.

Premier accroc cette nuit : Alys a attrapé la gastro et a vomi toute les 30 minutes entre minuit et 5 heures du matin... Du coup, Valérie reste la garder à la maison. Je pars donc seul chez Michel pour récupérer le camion. Jusque là tout se passe bien et j'arrive sans soucis à Montagne. On charge les barriques avec Pierre sur le camion, tout en discutant du 2009, des primeurs à venir, de la crise, des nos difficultés respectives,... Et hop, en route vers le chai pour décharger les barriques. J'appréhende un peu, car le plateau du camion est haut et une barrique même vide c'est lourd (surtout les Bossuet). Arrivé au  chai à 11h00, j'emprunte le transpalette du voisin et je commence à déplacer les palox de bouteilles pour faire la place. Dans ma frénésie de rangement, je stocke un palox à l'extérieur, sans remarquer la toute petite marche de 3 cm entre l'intérieur du chai et le gravillonnage extérieur. Et au moment de vouloir rentrer le palox, impossible de faire monter ces %!£& @ *$ de 3 cm aux roues du transpalette. Je pousse, je tire, je sue, je râle, j'essaye avec des cales, sans cale, mais rien à faire... Le palox est toujours dehors en plein milieu du passage et il commence à pleuvoir... Seule solution après reflexion : vider le palox d'une partie de ses 588 bouteilles...pas glop, pas glop comme dirait Pifou... C'est fait au bout trois quarts d'heure et le palox finit pas rentrer à sa place. Il n' y a plus qu'à remettre les bouteilles dans le palox. Il est 14h30 et je me rends compte que, absorbé par ma tâche, je viens de faire quelque chose dont je ne me croyais pas capable : j'ai oublié de manger !!!

J'arrive à décharger les barriques non sans mal et à les mettre en place, mais honnêtement, je n'ai pas le courage ni de soutirer ni d'entonner le 2009. Ce sera pour une autre fois... Voilà comment une journée planifiée comme un véritable projet informatique par un consultant se finit avec même pas le quart de ce que l'on pensait faire (comme un projet informatique en fait !!!). Bref, une journée sans. Ah si, j'ai oublié, une rencontre au hasard sur le bord de la route près de Fronsac : un monsieur (c'est Yannick CHAZAT du Clos Pipaud) avec lequel j'ai discuté 20 minutes au bout des rangs tandis qu'il labourait ses vignes avec son Percheron. Il parait même qu'il traite ses vignes à cheval aussi. On en reparlera car il est prévu que nous allions le voir pour discuter de tout ça.

J'ai juste pris une photo en repartant. Une image rare, mais qui sauve la journée. Ah si, il faut aussi vous dire que les 2009, ils sont bons, très bons...

002.jpg

Rédigé par Denis

Publié dans #Au chai

Repost 0
Commenter cet article