Des nouvelles du chantier...

Publié le 19 Avril 2011

Après le financement et le permis de construire, il était temps de rentrer dans le concret. C'est fait depuis début mars. Les fondations sont coulées, l'accès est prêt, l'eau est branchée, les fers à béton en place, les cuves d'effluents enterrées. Un petit stress du côté du charpentier qui s'est visiblement mal coordonné avec le maçon, et qui risque de nous faire prendre du retard. On croise les doigts, sinon on trouvera bien une solution... De toute façon, même pas peur, quand on se rappelle qu'en 2008, les cuves nous ont été livrées la veille des vendanges et que le fouloir égrappoir n'a fonctionné qu'à 21h00...

 

La mise en place des cuves enterrées pour l'évacuation des effluents nous a permis de voir le "profil" de notre sol et c'est plutôt une bonne surprise : 40 cm de terre argilo-limono-sableuse (ça on le savait déjà), mais surtout 10 cm de crasse ferrique (du minerai de fer qui ressemble à la latérite des routes africaines de mon enfance) et puis de l'argile ocre et bleue (ça on s'en doutait, mais on a bien la confirmation). Les racines des vignes ont réussi à passer la couche de crasse ferrique leur permettant ainsi d'aller s'alimenter en eau dans la strate argileuse.

 

Pour finir, une petite photo du chantier pour vous rendre compte : au premier plan, le chai de vinification et l'espace de stockage. Derrrière, le chai à barriques, sur la gauche la douche pour les vendangeurs méritants et au-dessus, la mezzanine-bureau...

084.JPG

 

Rédigé par Denis

Publié dans #Au chai

Repost 0
Commenter cet article

Lessieux jean-claude 20/04/2011 11:53



Bien "joué" si je puis écrire, tout ça pour la bonne cuvée, vous labeurez bien (pas encore la tartine) en tous cas un jour viendra ou le prolétariat viticole écolo et responsable brisera dans sa
poigne de fer le capitalisme empoisonneur de ces maîtres de chais productivistes sans vergogne, baratineurs émérites et surtout truqueurs de haute fûtaie. Ce n'est qu' un début continuons la
répurgation, assainissons les discours. Bien à vous Montjoie Saint Denis