Sur mon tracteur, j'ai pas vu de fleurs !!!

Publié le 11 Mai 2011

Hier soir, c'était soirée tracteur. Je devais passer chez notre fournisseur pour récupérer le gyrobroyeur et tondre les vignes. Mais, le commercial et l'atelier se sont mal compris (ça devient une manie ces incompréhensions !!!) et le gyro est sur une palette sous plastique en pièces détachées. Pas grave me dis je, je vais traiter ce soir au lieu de demain. Pour une fois qu'on fera un truc en avance, on ne va pas bouder son plaisir ;-)

 

Donc me voilà sur mon Fiat 55/85 (faudra qu'on vous en parle en détail du Fiat), le pulvé attelé et rempli. J'ajuste le masque sur mon visage [ça je le dis juste au cas où Valy lirait ce post, car si j'ai acheté un masque, j'ai oublié de prendre les cartouches qui filtrent l'air, c'est ballot non ???], je m'aligne dans le premier rang, gamme II en 2nde, vannes du pulvé ouvertes. Je me prends un peu pour un pilote en bout de piste juste avant le décollage : dernière check list et pied au plancher. Mais là, un petit sifflement (qui au passage me rappelle que j'ai oublié mon casque anti-bruit :en plus d'être shooté, je vais devenir dur de la feuille...) me fait penser qu'il y a un problème : et en effet une des buses de la potence droite du pulvé ne crache pas de produit. Passé l'instant de fierté d'avoir décelé à l'oreille un dysfonctionnement du pulvé, je m'interroge sur le moyen de réparer. Il ne faut pas que je me loupe, car partout autour dans les parcelles voisines , il y a du monde qui traite, qui épampre, qui lève, et tous semblent avoir suspendu leurs activités pour m'observer...

 

Je descends donc et suis un peu perplexe devant le labyrinthe de tuyaux qui compose un pulvérisateur. Rien dans mes études (dites supérieures) ne m'a préparé à ça... je défais un tuyau et du produit me gicle sur le crâne ("Papa pourquoi tu t'es tout peinturé en bleu la tête, c'est pas bien" me dira Elsa quand je rentrerai). Après queques minutes de réflexion, j'en conclus que c'est la buse qui est bouchée... Ben soit,, mais comment ça se débouche une buse ? Je sais faire des tableaux croisés dynamiques dans Excel, je sais calculer les pénalités de remboursement anticipé d'un prêt immobilier, monter un Eco Prêt à Taux Zéro, calculer un Taux Effectif Gobal les yaux fermés, mais ça me sert à rien pour déboucher une buse. Je réfléchis encore (ça va, je tiens encore le choc..) et me dis que je dois pouvoir la déboucher avec un bout de fil de fer. Sauf que du fil de fer, même s'il y en a des kilomètres autour de moi, j'ai pas de tenaille pour en couper un bout... Du coup, comme les voisins sont tous partis dîner, je remonte la buse et  je me dis que je vais traiter en serrant un peu plus quand je serai sous le vent pour que le produit soit mieux réparti. Là, j'ai beaucoup réfléchi, et j'ai même fait un dessin sur le capot du tracteur... Pour rien ! Le temps que je me  mette en route, le vent était dans l'axe des rangs, mettant à plat ma stratégie laborieusement élaborée. Du coup, au lieu de passer tous les 4 rangs je suis passé tous les 2 rangs en désactivant la buse de la potence gauche...  

 

Et en traitant, j'ai eu le temps de penser à plein de choses. En ce moment, les conversations réelles et virtuelles (Sur les blogs ou via FaceBook) des vignerons tournent toutes autour du même sujet : la vigne est dejà en fleur, ce qui donne des vendanges théoriques fin Août. Aussi, quand ce soir, je croise notre voisin qui m'annonce qu'une de ses parcelles de Merlots est fleurie à 75%, je file illico voir les nôtres. Eh ben, non, de mon tracteur, pas vu une seule fleur sur nos vignes (par contre entre les pieds de vignes y en a plein des fleurs, vu qu'on n'a pas tondu...). Est-ce un bien, est-ce un mal ? Ma foi j'en sais rien. De toute façon, on vendangera quand il faudra (ou quand on pourra), on brieffera les vendangeurs pour qu'il ramassent pas de grain pourri, on vinifiera comme on l'a fait les années précédentes, c'est-à-dire en se faisant plaisir. Bref, on prendra comme ça viendra, sans se faire de noeuds au cerveau.

 

[Traitement terminé, je rentre le tracteur et un grand oiseau noir et blanc avec un bec orange me survole : une cigogne !!! Demain, promis, je vais acheter des cartouches-filtres pour le masque !!!!]

Rédigé par Denis

Publié dans #A la vigne

Repost 0
Commenter cet article

laurent caillabet 11/05/2011 21:36



J'ai une question. Est ce que vous vous triturez les méninges pour écrire ce blog, ou est ce que la plume est facile? Parce qu'en plus d'être agréable à lire, ça respire le bonheur.


Pourvu que ça dure longtemps.



Denis 11/05/2011 22:29



Pourvu que ça dure en effet et merci pour le compliment. Pour l'écriture, ça va, ça vient mais quand on a rien à dire, on n'écrit pas. Des fois, il y a des situations qui donnent envie  de
les partager via le blog. Et puis quand tu travailles dans les vignes, tu as le temps de réfléchir  et ça nous aide aussi à relativiser. Par contre il y a aussi des moments de
galère que l'on préfère garder pour nous. Il ne faut pas non plus s'imaginer que tout est super facile, et que les Trois Petiotes c'est La Petite Maison Dans La Prairie : on bosse, on bosse
  !!!